Idée reçue n°34 : “ les couches lavables ça fait des grosses fesses ! C’est impossible d’habiller bébé…”

Partagez si le coeur vous en dit !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mon défi :  répondre à 1 idée reçue tous les 2 jours jusqu’à épuisement du stock. 34 idées reçues répertoriées à ce jour !

Le parti pris c’est de vous donner deux pistes de réponses : avec humour ou avec un peu de sérieux ?

C’est parti pour l’idée reçue n°34, la dernière de la série :

“ les couches lavables ça fait des grosses fesses ! C’est impossible d’habiller bébé…”

Y répondre avec humour :

1. Tu penses qu’il va falloir faire fabriquer un siège auto sur mesure ?

2. En cas de chutes ça aura l’avantage d’amortir !

3. Tu crois que je vais devoir me mettre à coudre pour faire des habits sur mesure ?

Un peu de sérieux :

Il est certain que votre enfant va certainement avoir de plus grosses fesses avec des couches lavables qu’avec des couches jetables.

Aussi vous êtes vous poser les questions suivantes :

– pourquoi les couches jetables sont-elles aussi fines ?

– et comment absorbent-elles autant ?

– quelle substance miraculeuse les industriels utilisent –ils ?

A ses débuts le tampon absorbant de la couche jetable était constitué uniquement de cellulose. Son gros désavantage c’est sa capacité d’absorption toute relative et le rejet en cas de pression !

Dans les années 60 sont apparues des substances super absorbantes (de la famille des polymères, enfin passons !) et notamment le polyacrylate de sodium. Ce polyacrylate de sodium remplaça progressivement, plus ou moins complètement suivant les marques, la cellulose des couches jetables.

Le polyacrylate de sodium : la prudence s’impose !

Les trois gros avantages du  polyacrylate de sodium: son prix, sa capacité d’absorption (au moins 100 fois sa masse, certains disent jusqu’à 300 fois !) et sa capacité à garder les liquides même en cas de fortes pressions !

Son énorme capacité d’absorption permet aux fabricants de couches jetables (certains fabricants de couches écologiques l’utilisent aussi !) de proposer des couches ultra fines !

Et pourtant ce fameux polyacrylate est depuis les années 80 sur le banc des accusés ! En effet à cette époque il est retiré des tampons aux Etats Unis (1) pour être suspecté d’être à l’origine du syndrome du choc toxique. En France ce sont environ 20 cas par an d’origine menstruelle. Régulièrement des scientifiques (2) traitent de ce sujet sans toutefois faire de nouveau le lien avec le polyacrylate…

Alors aucun risque de syndrome du choc toxique pour bébé car la bactérie à l’origine de ce syndrome se développe en anaérobie (absence d’oxygène). Ceci dit une substance suspectée à ce point doit elle être en contact avec les fesses de bébé ?

Ce qui est sûr c’est que le polyacrylate est également pointé du doigt comme favorisant les érythèmes fessiers. En effet ce gel super absorbant est incapable de faire la différence entre l’urine et la peau de l’enfant qu’il va « assécher » !!

Revenons à nos couches lavables. Il est certain que les matières utilisées par les fabricants de couches lavables ne peuvent bien entendu pas rivaliser avec le polyacrylate de sodium en termes d’absorption.

Les multi-tCouche Hamac Nicolas Lifestyle_Hamacailles : la solution !

Pour autant si pour vous la grosseur du popotin de bébé est important alors optez plutôt pour des couches multi tailles que pour des couches évolutives.

Les couches évolutives auront tendance à arrondir les fesses de bébé. De leur côté les multi tailles (XS, S, M, L ou bien 0, 1 , 2, 3), feront de belles et petites fesses à vos enfants…

Et rassurez vous vous ne serez jamais obligé de laisser bébé tout nu sous prétexte qu’il est en couches lavables ! Vous devrez tout au plus passer à la taille supérieure plus rapidement que s’il était en couches jetables ! Ni plus ni moins !

Aujourd’hui s’achève la liste des 34 idées reçues récoltées auprès de pseudo détracteurs ou utilisateurs, parents ou professionnel(le)s de couches lavables…

Je vous invite, ci-dessous, à me faire part de vos commentaires, de vos questions, de vos retours d’expériences ou encore de vos idées pour mes prochains articles  !

A VOS COUCHES PRÊT(E)S CHANGEZ !

Crédit photo :  Hamac

(1) Cécile Casciano, Choc toxique lié aux tampons: La composition du produit peut avoir un impact , L’Express, 23/10/2016

(2) Hospices Civils de Lyon, Syndrome du choc toxique lié aux règles, 10/03/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *